Pourquoi continuer à apprendre ?

apprendre-apprentissage-information-evolution-personnelle

Sommes-nous toujours dans l’apprentissage ?

Devant une nouvelle information nous ne sommes pas tous égaux.
En revanche, nous devons comprendre comment nous l’assimilons !
Comment s’y préparer ? A quelle étape nous arrêtons-nous ?
Sans prétention de ma part, puisque de nombreux articles traitent de façon plus approfondie ce sujet, le but ici est de vous expliquer brièvement les 4 étapes qui nous servent à évoluer dans notre vie au quotidien.

C’est parti !

Tout ce que nous apprenons est issu du processus d’apprentissage.
Nous créons notre vie avec ces étapes, c’est ce qui nous fait évoluer.
De notre naissance jusqu’à tout ce que nous faisons au quotidien, nous sommes passés par des étapes d’apprentissage, plus ou moins longues.

Apprendre est un processus et non une finalité.

Réussite ou échec, l’apprentissage est continuel puisque nous apprenons autant des 2 et nous ne devrions pas négliger cet entrainement quand nous pensons en avoir fini !

Eh oui, c’est un éternel recommencement !

Voici donc les 4 phases d’évolution :

Phase 1

L’inconsciemment incompétent ou je ne sais pas que je ne sais pas !
Ce que l’on peut traduire par : je n’ai pas les compétences et je n’ai pas conscience de ce manque de compétences.
Est-ce que la première tentative de tenir debout sur nos jambes (et nos pieds !) lors de notre apprentissage de la marche s’est fait du jour au lendemain ?
Non, bien sûr. Nous sommes tombés, nous nous sommes relevés, nous avons réessayé, nous avons pleuré, nous avons persévéré et un jour, yes, ça marche….je marche !!!
Je ne savais pas que je ne savais pas marcher et maintenant, je sais.

Pour les personnes devenues adultes, l’entêtement dans l’ignorance passe par une expérience difficile pour se décider à apprendre !
Difficultés professionnelles, licenciement, problèmes familiaux, etc. sont malheureusement, ou heureusement, les déclencheurs.

Phase 2

Le consciemment incompétent ou je sais que je ne sais pas !
Nous sommes confrontés à cette phase lorsque par exemple, nous commençons un nouveau projet, nous n’y connaissons rien et nous voulons apprendre.
Je réalise que je ne suis pas capable de comprendre. Comme je ne sais pas, j’accepte de le faire pour réduire l’écart.

Nous avons conscience des habitudes qui nous font stagner ou régresser dans notre vie et pourtant, nous sommes perdus, tout s’embrouille dans notre tête ! C’est confus.
Ce qui est bon signe car nous cherchons à comprendre quand d’autres se résignent !

L’abandon est fréquent à cette étape :
On retarde en analysant, en posant des milliers de questions, on remet au lendemain (procrastination), on enchaine les formations, on accumule un savoir (procrastination intelligente !) sans passer à l’action.
Les erreurs sont interprétées comme des échecs.
C’est à ce moment que des signes de découragement apparaissent : je n’y arriverai jamais ! C’est au-dessus de mes forces ! C’est la croyance que je ne suis pas capable de comprendre.
Tout le monde passe par là et cela fait partie de l’évolution sur ce long chemin de l’apprentissage.
La meilleure qualité à développer dans cette étape est la persévérance.

Phase 3

Le consciemment compétent ou je sais que je sais !
Cette étape ouvre un champ de possibilités, mais elle peut aussi se figer par fierté ou par orgueil, en ayant un sentiment de supériorité, pouvant développer un autre sentiment, celui du pouvoir.
Je suis conscient de l’acquisition de ma compétence, ma vie va changer, j’ai tout compris !
C’est la fierté d’un nouveau savoir-faire.
Mais la concentration ne doit pas être relâchée sous peine de voir ses résultats baisser.
L’attention doit être au maximum pour mettre en œuvre ses compétences.
Cette étape, temporaire, semble longue, souvent source de démotivation avec des résultats qui ne portent pas le fruit de notre investissement.
Parfois c’est une impression de ne plus rien savoir, tout se mélange à nouveau dans notre tête.
Encore une fois, c’est un bon signe car les automatismes vont se créer.

On peut prendre l’exemple de la conduite, où, au début, nous devons nous concentrer sur ce qui doit être mis en œuvre quand on s’installe au volant.…et maintenant ?
Les qualités à développer dans cette étape sont la détermination et la patience.

Phase 4

L’inconsciemment compétent ou je ne sais pas que je sais !
Le seuil de l’expérience est suffisant car la pratique régulière a permis de créer des automatismes.
C’est la récompense de tous les efforts fournis dans les étapes précédentes.
Les nouvelles habitudes sont mises sur pilotage automatique. Ce sont, pour la plupart, toutes ces choses que nous faisons au quotidien. Elles sont devenues banales.
Ces compétences sont entrées dans notre zone de confort.
A ce stade et pour éviter la dévalorisation, il est important de prendre conscience de ses compétences.

La mise en pratique de ces étapes vont vous permettre de comprendre et vous aider à avancer sur les projets que vous vous promettez d’entreprendre ou encore, reprendre là où vous en étiez resté.
Adaptées à la vie quotidienne, elles vont vous ouvrir des portes jusque-là insoupçonnées.
Dans le meilleur des cas, anticipez, soyez curieux et n’abandonnez jamais.

Bien amicalement,
Elisabeth

Enregistrer

Enregistrer